École des Nations

4860 rue Vézina, Montréal, QC H3W 1C1.

École des nations

Pour le Jour de la Terre, les Super Recycleurs et l’École des Nations lancent tout un défi à la communauté : ce printemps 2020, faites votre ménage et apportez-nous vos vêtements en évitant de prendre des sacs en plastique. Pourquoi ne pas utiliser vos vieilles taies d’oreiller ou jeans pour en faire un baluchon quand vous donnez vos vêtements.

Familles, amis, mobilisez-vous et venez déposer vos vêtements du 6 au 23 avril 2020, avant 10h directement à l’école située au 4860 rue Vézina, Montréal, QC H3W 1C1.

Selon le poids amassé de la collecte, les fonds permettront d’embellir la cour d’école.

Matériel accepté : Tous les vêtements hommes, femmes et enfants, sacs à main, foulards, chapeaux, gants, fourrures, chaussures et bottes, draps, serviettes, rideaux, accessoires de cuir, ainsi que les jouets en bon état. Nous n’acceptons que ce qui est en bon état et qui peut être réutilisé. Les vêtements très sales et souillés seront retirés avant la pesée. Les Super Recycleurs ne sont pas en mesure d’accepter les oreillers, les tapis et les patins.

Pourquoi recycler les vêtements et les textiles ?

  • Plus de 80 milliards de vêtements sont confectionnés chaque année.
  • Au Canada on jette en moyenne 37 kg de vêtements par personne par année. La grande majorité des vêtements finissent dans des décharges ou sont incinérés ; globalement, seulement 20 % des vêtements sont collectés pour être réutilisés ou recyclés.
  • 26 % des vêtements sont faits de coton. Un quart de la consommation mondiale de pesticides est utilisée pour lutter contre les parasites dans le coton. En plus, le secteur de la mode est le deuxième plus gros consommateur d’eau dans le monde. Le coton consomme beaucoup d’eau, car, pour fabriquer un t-shirt en coton, 2700 litres d’eau sont nécessaires et 10 000 litres pour une paire de jeans.
  • Cela prend de 1 à 5 ans pour que les gants ou les chaussettes de laine se décomposent. Pour les chaussures en cuir, de 25 à 40 ans, et pour les textiles, de 100 à 500 ans.
  • Nos vêtements sont de plus en plus produits avec des fibres synthétiques, comme le nylon, le polyester et l’acrylique. On estime à 500 000 tonnes de microfibres de textile qui polluent les océans, et cela, surtout à cause des effluents de lessive, provoquant des effets sur la santé de la faune marine qui finiront dans nos assiettes.